mercredi 7 juin 2017

Les chemin vers la laïcité, François Bourgogne, instituteur persécuté


Le chemin vers la laïcité
(Deuxième partie)
Un instituteur républicain  persécuté pendant la Deuxième République
(1848 – 1852) 
"L'école des pauvres", gravure anonyme, 1840


François Bourgogne est né à Collonges (canton de La Guiche en Saône-et-Loire), le 16 floréal, an XIII, selon le calendrier républicain, ou le 6 mai 1804, d’après le calendrier grégorien, rétabli en 1806. Il était le fils d’un manœuvre, comme l’atteste son certificat de naissance, probablement d’un humble manœuvre de village.

Les gouvernements d’après Révolution (1789 – 1799) avaient donc énoncé des idées généreuses quant à l’éducation populaire. Les gouvernements qui suivirent cette période, quant à eux, se montrèrent peu favorables à l’école primaire publique et à ses maîtres. Il avait fallu attendre la Monarchie de Juillet (1830 – 1848), sous le roi Philippe 1er, pour voir le ministre François Guizot, par la loi du 28 juin 1833 (1), s’efforcer de développer vraiment l’enseignement primaire public en instituant un Brevet de capacité réglementant l’exercice de l’enseignement.

François Bourgogne, plutôt que de devenir religieux, avait choisi d’être instituteur public. Dans ces temps incertains pour la fonction, son choix fut clair et démontrait déjà, sinon son engagement politique, du moins son attachement aux idées républicaines.

Les premières mentions de François Bourgogne instituteur se trouvent dans l’acte de naissance de l’un de ses enfants  à Gourdon, commune de Saône-et-Loire (canton de Mont-Saint-Vincent), en 1832, où il est désigné comme exerçant cette profession. On peut croire qu’il possédait les connaissances souhaitables pour enseigner, on ignore cependant comment il atteignit son niveau d’instruction et comment il avait été autorisé provisoirement à enseigner à Gourdon par le recteur de l’académie de Dijon.

Toujours est-il qu’en 1837, pour obtenir, selon la loi de 1833, le diplôme exigé, il passa devant une commission d’attribution. Celle-ci était composée surtout d’un inspecteur d’académie et d’un inspecteur primaire : « particulièrement compétents en pédagogie » (2), d’un professeur de mathématiques, d’un principal de collège, d’un juge d’instruction et d’un conseiller de préfecture.

François Bourgogne fut examiné sur l’instruction morale et religieuse, puis sur les matières essentielles et les méthodes de l’enseignement primaire. Ayant passé les épreuves avec succès, il reçut le Brevet de capacité pour l’enseignement primaire élémentaire.

Brevet de Capacité de François Bourgogne, 31 mars 1837 (collection musée-copie AD71)


C’est ainsi que le 30 juin 1837, il fut officiellement  « institué instituteur de Gourdon pour y tenir une  école primaire élémentaire », autorisation donnée cette fois par le ministre « Grand maître de l’Université », au nom du roi.


Arrêté Royal d'Institution de François Bourgogne, 30 juin 1837 (collection musée-copie AD71)


Il dut, à ce titre, prêter le serment de fidélité envers celui-ci, le 10 septembre 1837 et fut installé dans ses fonctions par le comité local témoin, il avait 32 ans. Il prodigua son enseignement pendant 13 ans en cette commune.

Une décision prise le 28 décembre 1850 par le recteur de l’académie de Saône-et-Loire et son conseil, obligea François Bourgogne à aller exercer, dès lors provisoirement, en la commune de Mornay (canton de Saint-Bonnet-de-Joux). Fallait-il y voir là une sanction ? Le recteur motivait cette nomination par le fait que le conseil municipal de cette commune n’avait pas encore choisi d’instituteur communal sur la « liste d’admissibilité et d’avancement » qui lui avait été adressée.

Un arrêté du ministre de l’instruction  publique et des cultes, le 5 juillet 1851, nomma donc le sieur Bourgogne François, instituteur de la commune de Mornay et annonça qu’il y serait installé par le délégué de Monsieur le recteur d’académie, ce qui fut fait le 1er septembre 1851.
Arrêté d'Institution Républicain de François Bourgogne, 5 juillet 1851 (collection musée-copie AD71)


Le déplacement de l’instituteur était évidemment lié à des circonstances politiques. Selon la tradition familiale, parvenue jusqu’à nous, celui-ci était républicain. Il avait sans doute appris, à l’issue de la Révolution des 22, 23 et 24 février 1848, la proclamation de la Seconde République le 24 février et il dut montrer, imprudemment sans doute, de vives espérances. Cependant, le nouveau régime, très démocratique à ses débuts, fut bientôt trahi, à la suite de l’élection par le peuple mal informé, de Louis-Napoléon Bonaparte, Président de la République (le 10 décembre 1848) et d’une Assemblée Législative en majorité royaliste.

Une menace durable s’en suivit contre les instituteurs républicains, car, en accord avec l’Assemblée, ce Président commença d’en révoquer bon nombre, dès 1850, avant d’abolir la République par son coup d’état du 2 décembre 1851 qui l’amena un an plus tard à se proclamer Empereur sous le nom de Napoléon III (2 décembre 1852) (3).

Des raisons politiques donc présidèrent à l’éviction de François Bourgogne de la commune de Gourdon. Sa nouvelle affectation fut de courte durée puisque dès le 19 juillet 1851, il était vivement réprimandé, en une lettre, par le recteur qui l’avait fait nommer à Mornay : « … j’étais loin de m’attendre que vous donneriez lieu à des plaintes soit de la part de l’autorité administrative, soit de la part des autorités locales et que  vous vous rendriez impossible dans cette localité… ». Là encore la persécution était d’ordre politique et ne pouvait provenir que de partisans de la restauration de l’empire puisque le maire de Mornay, en accord avec ses conseillers municipaux, capable d’écrire, certifia le 9 mars 1852 notamment que « … le sieur Bourgogne François … a apporté tout le zèle et l’application dans ses services qu’on est en droit d’attendre d’un instituteur et qu’il emporte le regret général des habitants… ».

Certaines « autorités » ne pouvaient manquer de menacer un républicain, quel qu’il fut, pour écarter tout obstacle aux ambitions du Président de la République.

La lettre du 19 juillet 1851 rappelait à François Bourgogne ses antécédents (sous-entendues : ses initiatives politiques républicaines), en lui laissant penser que cela pouvait désormais être ignoré, s’il adoptait une conduite conformiste, considérée comme  « morale et  indispensable ». Il pourrait alors redemander son inscription  sur « la liste d’admissibilité » des instituteurs enseignants. Le recteur consentait ainsi pour lui « à un nouvel et dernier essai ». C’était une menace, à peine déguisée, de révocation sans appel.

Il s’en suivit une lettre le 23 février 1852 par laquelle le recteur l’invitait à se « rendre immédiatement à Chevagny-sur-Guye où Monsieur le Maire devait l’installer dans ses fonctions » et où il devait éviter toute plainte  « de la part des diverses autorités chargées de la surveillance des écoles ».

Par son « Instruction Publique » du 22 avril 1852, le recteur de l’académie de Saône-et-Loire confirmait cette nomination provisoire à la direction  de l’école communale  de Chevagny-sur-Guye d’ « un laïque » demandé par le conseil municipal local.

Nomination de François Bourgogne à Chevagny, 22 avril 1852 (collection musée_copie AD71)


François Bourgogne mourut huit ans plus tard, le 1er avril 1860, âgé de 50 ans, étant déclaré « instituteur à Chevagny » par l’avis de décès. Il lui  était né plusieurs enfants. Leur éviter la misère lui a-t-il paru essentiel ? Son garçon âgé de 18 ans en 1852 n’était que domestique de ferme, les soucis familiaux l’ont-ils fait renoncer à la politique ? Sa carrière sembla dès lors moins houleuse, grâce peut-être aussi à la certaine tolérance  enfin favorable aux instituteurs laïcs intervenue sous le ministère Rouland (1856-1863). Cette dernière lui fut sans nul doute salutaire…

Les troubles qui ponctuèrent la carrière de François Bourgogne restèrent cependant sans commune mesure avec ceux que subirent d’autres instituteurs du département (4).
Acte de Décès de François Bourgogne, 1er avril 1860 (collection musée-copie Etat Civil de Chevagny)

"La chaîne en marche", convoi de condamné vers Toulon


(1): La loi Guizot du 28 juin 1833 prévoie l’ouverture obligatoire d’une école primaire par commune de plus de cinq cents habitants mais n’institue pas l’obligation scolaire, les parents peuvent garder leurs enfants à la maison pour de menus travaux ou les mettre au travail dès leur plus jeune âge. Par ailleurs, la loi s’en tient à l’enseignement des garçons, la Chambre n’est pas prête à voter des crédits pour promouvoir l’instruction des filles mais émet l’idée que les filles pourraient toujours fréquenter l’école de garçons, proposition farfelue quand on sait qu’à cette époque, et pour longtemps encore, l’Eglise jugeait immorale la mixité. Guizot s’attacha d’autre part, à redéfinir le statut de l’enseignant du primaire dont il voulait faire un fonctionnaire d’Etat. L’obligation est faite aux communes de dégager les ressources nécessaires à l’entretien de l’école et de son maître, le département et l’Etat pouvant fournir un complément le cas échéant.
L’instituteur doit avoir un logement et son salaire fixe ne doit pas être inférieur à 200 francs par an.


(2) : Par l’ordonnance du 26 février 1835, Guizot fonde l’inspection primaire et académique composée d’un inspecteur assisté de deux sous-inspecteurs qui seront chargés de visiter les écoles du département. Rapidement, le contrôle effectué par ces fonctionnaires d’Etat se heurte au contrôle des notables locaux auquel le fonctionnement quotidien des écoles reste soumis : les nominations des instituteurs sont soumises à un comité d’arrondissement où siègent les notables  et où les inspecteurs n’ont pas voix délibératrice. Par le biais de ces comités, le clergé garde donc la mainmise sur l’instruction publique alors que Guizot voulait une école neutre. Du reste, l’Eglise s’opposera toujours au contrôle de l’Etat sur ses propres écoles, de même qu’elle se soumettra de mauvaise grâce à la nécessité pour les religieux de détenir un brevet pour enseigner.


(3) : Pendant sa courte présidence, Louis-Napoléon nomma M. de Falloux ministre de l’Instruction publique. Légitimiste et clérical, Falloux mit au point la loi de 1850, aidé en cela de Montalembert, de Mgr Dupanloup et de Thiers. L’état d’esprit de ces législateurs était sans appel. Comme le disait Montalembert : « Il y a deux armées en présence, l’armée des instituteurs et l’armée des curés. A l’armée démobilisatrice et anarchique des instituteurs, il faut opposer l’armée du clergé. » On amalgame et on range tous les instituteurs du côté des insurgés, oubliant que s’il s’en trouvait pour adhérer au socialisme naissant,  bon nombre d’entre eux étaient encore des chantres et des sacristains à la veille de la Deuxième République. La vérité est plus sournoise, c’est l’instruction génératrice de revendication elle-même qui est visée comme le dira à demi-mots Thiers à la commission extra-parlementaire du 10 janvier 1849 : « Oui, je dis que je soutiens que l’enseignement primaire ne doit pas être forcément et nécessairement mis à la portée de tous ; J’irai même jusqu’à dire que l’instruction est suivant moi un commencement d’aisance et que l’aisance n’est pas réservée à tous. » Il proclame bientôt : « Moi qui, à une autre époque ne voulais pas immoler l’université au clergé, qui certes quant à l’enseignement secondaire, n’y serais pas encore disposé aujourd’hui, je suis prêt à lui donner tout l’enseignement primaire. » Il va sans dire qu’on n’encouragea pas la création des écoles normales voulues par Guizot, ces pépinières de « petits instituteurs laïques… à la dévorante ambition » (Thiers). La loi accompagna donc le développement de l’enseignement confessionnel, tandis qu’on épurait le corps des enseignants laïques. Quatre mille instituteurs furent révoqués durant cette période.

Malgré tout, à certains égards, la loi Falloux est un compromis entre l’Eglise et l’Etat. Elle tend à donner aussi une certaine autonomie à l’administration scolaire : l’inspecteur siège désormais avec voix délibératrice dans le conseil académique qui remplace les comités d’arrondissement. C’est ce conseil qui dresse la liste d’aptitude sur laquelle les municipalités devront choisir leurs instituteurs. Au surplus, dès 1952, les enseignants de primaire seront choisis par le recteur départemental, puis, en 1854, par le préfet sur rapport écrit de l’inspecteur d’académie. Cependant, les notables locaux (dont les ecclésiastiques) gardent la possibilité de passer outre cette procédure administrative grâce aux délégués cantonaux qui inspectent les écoles au nom du conseil départemental et ne manquent pas d’influencer directement les recteur… c’est ce qui, probablement, arriva à François Bourgogne le 28 décembre 1850.


(4) : « Le département de Saône-et-Loire fut un de ceux où le Coup d’Etat  rencontra une assez vive résistance. A Louhans, elle ne prit pas un caractère bien grave. Néanmoins, il y eut de la part d’honnêtes citoyens un mouvement très marqué de réprobation. Des rassemblements se formaient, on commentait les nouvelles qu’avait apportées le courrier. Des jeunes gens essayèrent d’arracher les proclamations affichées contre les murs de l’Hôtel de Ville et la gendarmerie les avait arrêtés. On voulut s’opposer aux arrestations.

Dans la mêlée, un de ceux qui avait le plus excité à la résistance, Riboulet, ex-instituteur, fut appréhendé par le maréchal des logis de gendarmerie. C’est alors qu’un coup de pistolet fut tiré contre ce sous-officier et à deux reprises, le coup rata. « Deux fois (disent les écrits bonapartistes), la détente du pistolet fut lâchée, mais deux fois la Providence s’opposa à la consommation d’un grand crime ». Un autre insurgé tira par derrière le sabre d’un gendarme qu’un de ses amis cherchait à étrangler. Enfin, pour finir cette lutte, le sous-préfet, Monsieur Houssart et le lieutenant de gendarmerie arrivèrent, armés, le premier d’un fusil à deux coups et l’officier de deux pistolets. Le sous-préfet ayant donné l’ordre de repousser par la force toute résistance, cette attitude ferme en imposa à la multitude qui se dispersa.

Riboulet, jugé par la Commission mixte fut déporté à Cayenne. D’autres louhannais furent arrêtés. Ils grossirent les convois de prisonniers que l’on vit partir sur Toulon pour l’Algérie. Des colonnes entières de gens enchaînés venant du Jura, encadrés par des troupes, passèrent à Louhans. Un canon suivait, prêt à être braqué sur eux comme pour en imposer davantage et terroriser le pays.

Le nombre des arrestations pour tout le département s’élevait à 467 dont 31 pour l’arrondissement de Louhans. 389 citoyens passèrent en jugement devant la Commission mixte. Le département de Saône-et-Loire fut mis en état de siège, comme un certain nombre d’autres, quoique dès le 6 décembre toute agitation était terminée, mais cela facilitait la recherche et l’arrestation de ceux qu’on allait livrer à ces Commissions mixtes… Un certains nombres d’entre eux purent s’échapper et gagner la Suisse. » 

 « Histoire de la Bresse Louhannaise », L. Guillemaut-1911

"Histoire de la Bresse Louhannaise", 1911 (collection privée)


SOURCES :


-       Documentation et fonds d’archives du Musée de la Maison d’Ecole

-       Archives Départementales de Saône-et-Loire

-       Archives de P. Gillot

-       « Histoire de la Bresse Louhannaise », Lucien Guillemaut, 1911, collection P.PLUCHOT




P.P





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire