lundi 16 juillet 2018

2018 : dernière année de Commémoration du Centenaire de la Grande Guerre. Chronique N°3


2018 : dernière année de Commémoration
Du Centenaire de la Grande Guerre

Au cours de cette dernière année et après trois expositions labellisées, le musée de la Maison d’Ecole à Montceau se propose de revenir sur la chronologie des évènements qui ont amené le premier conflit mondial, à travers une série d’article qui paraîtront périodiquement jusqu’à décembre 2018. En voici le troisième : « La préparation des corps ».



« Quand tu seras soldat ! Période 1870-1914 »
(Troisième partie)

Publicité dans le Journal des Instituteurs et des Institutrices, décembre 1883 (collection bibliothèque de l’Hôtel de ville Paris, le musée de la Maison d'Ecole possède un exemplaire de ce fusil "Gras")


Création, organisation et fonctionnement des bataillons :

la préparation des corps

La loi du 28 mars 1882 met la gymnastique et les exercices militaires au nombre des matières d’enseignement des écoles primaires publiques de garçons :


« Art. 1  L’enseignement primaire comprend :

             1°) l’instruction morale et civique
             2°) la lecture et l’écriture
             ………
             9°) la gymnastique
            10°) pour les garçons : les exercices militaires
                   pour les filles, les travaux d’aiguilles ».  

lundi 2 juillet 2018

La musique à l'école



Une fin d’année scolaire en musique
Et rendez-vous en septembre pour la rentrée des classes !



"Cent ans d'école" (publication musée)

Matière scolaire devenue outil culturel

Dans le premier quart du siècle, les élèves-maîtres étaient peu nombreux qui, au sortir de l’Ecole Normale, pouvaient jouer d’un instrument capable d’entraîner leurs élèves au chant. Leur épais cahier, réglé musique, consignant tous les chants scolaires qu’ils avaient étudiés au cours de leur séjour à l’E.N., était souvent leur seul bagage dans le domaine musical, et leur propre voix restait leur seul instrument…

(Les chroniques du Centenaire seulement seront poursuivies en juillet et août)

vendredi 22 juin 2018

L'école sous Vichy



Regard sur l’école sous Vichy
juin1940-septembre1945


Témoignage de satisfaction, 1941 (collection musée)



Le maréchal PETAIN et l’école

Revenons sur cette période sombre, 78 ans après l’appel du Général de Gaulle :

"Il faut que l'école s'emploie à former une jeunesse résolue, virile et bien préparée à l'accomplissement de son devoir militaire (..) Cadres scolaires et cadres militaires ont une mission commune : développer la valeur physique, tremper les cœurs, forger les volontés."
A lire ces pensées du Maréchal Pétain, on comprend mieux "l'œuvre scolaire" du Régime de Vichy. Il s'agit de vérifier l'âme de la jeunesse, de cette jeunesse qui porte en elle  toutes les promesses de l'avenir, de l'éclairer sur ses devoirs nouveaux et de lui donner la force de les bien remplir. Voici des titres officiels  de leçons auxquelles les programmes de 1941 font une place de choix : « La volonté de servir »,  « La communauté nationale », « Le loyalisme envers le Chef de l'Etat », « La famille, assise de l'édifice social », « L'appel du héros et du saint », « La civilisation chrétienne »...  

vendredi 15 juin 2018

2018 : dernière année de Commémoration du Centenaire de la Grande Guerre. Chronique N°2



2018 : dernière année de Commémoration
Du Centenaire de la Grande Guerre

« Quand tu seras soldat ! Période 1870-1914 »
(Deuxième partie)



Manuel de lecture, 1891 (collection musée)

Au cours de cette dernière année et après trois expositions labellisées, le musée de la Maison d’Ecole à Montceau se propose de revenir sur la chronologie des évènements qui ont amené le premier conflit mondial, à travers une série d’article qui paraîtront périodiquement jusqu’à décembre 2018. En voici le second : « La préparation des esprits ».


Une nouvelle tâche pour l’école : la préparation des esprits

Dès l’instauration de l’école de la Troisième République, cette dernière participe à la diffusion du message patriotique, on peut même dire, sans se tromper, qu’elle en est un des vecteurs principaux. On est entré dans une période de certitude absolue, les trois axes autour desquels l’école républicaine s’implante jusque dans les campagnes sont : la centralisation, le rationalisme et le patriotisme.


mercredi 6 juin 2018

Les méthodes de lecture



En marge des tableaux de lecture


Mes Premiers Coloriages, ouvrage de Mademoiselle Brès, Inspectrice des écoles maternelles, vers 1890 (gallica-BnF)

L’apprentissage précoce de la lecture : « Crime de lèse-enfance »

Après la fondation de l’école maternelle en France (1881), une Inspectrice générale, Pauline Kergomard, s’élevait contre le « dressage » des jeunes enfants : « Si tous les hommes possèdent cet appétit de connaître que satisfait pour une grande part la lecture et qui est si vif chez les enfants, encore faut-il devenir lecteur. » Elle met en garde sur le fait de décevoir les apprentis lecteurs. Jusqu’alors, en ignorant les possibilités intellectuelles et même physiques des enfants, on prétendait les mettre à l’étude dès l’âge de trois ans…  

mercredi 30 mai 2018

Leve België-Vive la Belgique



Des camping-caristes belges au musée





Belges en goguette

Une quarantaine de camping-caristes ont fait une halte de quelques jours dans le Bassin minier, le temps pour eux de visiter nos lieux emblématiques, notamment le musée de la Maison d’Ecole. Ils sont passés ensuite par le musée du Camion, le musée de la Mine et le Château de la Verrerie.


vendredi 25 mai 2018

2018 : dernière année de Commémoration du Centenaire de la Grande Guerre. Chronique N°1



« Quand tu seras soldat ! Période 1870-1914 »
(Première partie)


Enfant des bataillons scolaires et ancien combattant de la guerre de 1870, carte postale (collection musée)


Au cours de cette année 2018 et après trois expositions labellisées, le musée de la Maison d’Ecole à Montceau se propose de revenir sur le rôle de l’école durant la période 1870-1939, à travers une chronologie d’événements qui ont amené le premier conflit mondial, ainsi que le second. Cette série d’articles paraîtra périodiquement jusqu’en décembre 2018. Voici la première chronique : « Les plaies de la Guerre de 1870 ».

lundi 14 mai 2018

Les écoles polonaises



Histoire des écoles polonaises
Dans le Bassin minier
L’exemple des écoles spéciales de Saint-Vallier


Ecole de garçons des Gautherets, cours de polonais, 1953/1954 (collection musée)


Les écoles spéciales des Houillères à Montceau-les-Mines


Le protocole du 17 avril 1924 est clair et la question de l’enseignement du polonais aux enfants de migrant est scellée : le Ministère l’Instruction publique ayant un droit de regard sur l’enseignement libre, il pourra exercer une surveillance discrète sur cet enseignement dépendant officiellement des autorités polonaises en France. Bien qu’entrant ainsi dans la légalité, les écoles spéciales de la Société des Mines du bassin de Blanzy existaient cependant à Montceau-les Mines et dans sa périphérie depuis 1921.
La première compagnie minière de la région, créée par Jules Chagot en 1833, était florissante, les demandes importantes consécutives à la guerre de 1914-1918 avaient poussé les exploitants à augmenter leurs activités et la nouvelle Société des Mines eut un développement industriel, social et scolaire accru.


vendredi 4 mai 2018

Actualité du musée



Une semaine éclectique
pour le Musée de la Maison d’Ecole




Des visites cosmopolites

Le groupe Montceau-connecté, des étudiants tchèques, des jeunes allemandes… Tout compte fait, les guides ne s’ennuient pas au musée et ne croyez surtout pas qu’ils ne reçoivent que des ânes bâtés ! Reste tout de même à se perfectionner dans les langues européennes.

vendredi 27 avril 2018

Les écoles polonaises



Histoire des écoles polonaises 
au début du 20ème siècle
en France

Jeune mineur polonais, 1920 (Musée de l’Histoire de l’Immigration)


L’enseignement de leur langue d’origine pour les enfants de migrants s’effectue de nos jours dans un cadre officiel et réglementé. Ce ne fut pas toujours le cas et cette organisation bien rodée doit sans doute beaucoup à l’implantation de la colonie polonaise en France au début du XXème siècle. En effet, cette migration est un des premiers grand afflux de main-d’œuvre étrangère sur les bassins industriels ou houillers français. La Troisième République et son enseignement obligatoire, laïque et gratuit n’avait pas envisagé ce cas de figure et la question cruciale de l’instruction de tous ces enfants d’émigrés se posa rapidement. Il était au demeurant difficile, pour notre toute jeune Instruction Publique, de se soustraire à ces responsabilités. Les premières décennies du siècle virent donc la lente construction d’un système jusqu’alors à inventer.