lundi 6 août 2018

2018 : dernière année de Commémoration du Centenaire de la Grande Guerre. Chronique N°4


2018 : dernière année de Commémoration
Du Centenaire de la Grande Guerre

Au cours de cette dernière année et après trois expositions labellisées, le musée de la Maison d’Ecole à Montceau se propose de revenir sur la chronologie des évènements qui ont amené le premier conflit mondial, à travers une série d’article qui paraîtront périodiquement jusqu’à décembre 2018. En voici le quatrième : « Le tir scolaire ».

« Quand tu seras soldat ! Période 1870-1914 »
(Quatrième partie)


Catalogue Manufrance 1905 (numérisation ville de Saint-Etienne)



Le tir scolaire 

L’Arrêté du 6 juillet 1882 organisait l’exécution des exercices de tir réservés aux élèves de plus de 14 ans bien que les Ecoles Primaires Supérieures, les collèges et les lycées aient déjà été doté de trois carabines avec leurs munitions depuis fin 1881-début 1882 (lesquelles devaient être stockées dans la gendarmerie ou dans la caserne de la localité la plus proche). Il s’agissait d’exercer les jeunes gens au maniement de l’arme devant la cible, de surveiller le pointage et d’enseigner les positions réglementaires. Au  cours de l’année, les élèves pouvaient tirer 30 balles : 5 exercices de 6 balles. Toutes les précautions étaient prises et il était recommandé aux généraux, commandant les subdivisions, de mettre, si possible, les champs de tir à disposition. Pour l’anecdote, lors de leur retrait définitif des écoles (après la Grande Guerre),  ces armes furent cédées en grande partie aux forains qui, jusque dans les années 1980, les utilisèrent dans leurs stands.



lundi 16 juillet 2018

2018 : dernière année de Commémoration du Centenaire de la Grande Guerre. Chronique N°3


2018 : dernière année de Commémoration
Du Centenaire de la Grande Guerre

Au cours de cette dernière année et après trois expositions labellisées, le musée de la Maison d’Ecole à Montceau se propose de revenir sur la chronologie des évènements qui ont amené le premier conflit mondial, à travers une série d’article qui paraîtront périodiquement jusqu’à décembre 2018. En voici le troisième : « La préparation des corps ».



« Quand tu seras soldat ! Période 1870-1914 »
(Troisième partie)

Publicité dans le Journal des Instituteurs et des Institutrices, décembre 1883 (collection bibliothèque de l’Hôtel de ville Paris, le musée de la Maison d'Ecole possède un exemplaire de ce fusil "Gras")


Création, organisation et fonctionnement des bataillons :

la préparation des corps

La loi du 28 mars 1882 met la gymnastique et les exercices militaires au nombre des matières d’enseignement des écoles primaires publiques de garçons :


« Art. 1  L’enseignement primaire comprend :

             1°) l’instruction morale et civique
             2°) la lecture et l’écriture
             ………
             9°) la gymnastique
            10°) pour les garçons : les exercices militaires
                   pour les filles, les travaux d’aiguilles ».  

lundi 2 juillet 2018

La musique à l'école



Une fin d’année scolaire en musique
Et rendez-vous en septembre pour la rentrée des classes !



"Cent ans d'école" (publication musée)

Matière scolaire devenue outil culturel

Dans le premier quart du siècle, les élèves-maîtres étaient peu nombreux qui, au sortir de l’Ecole Normale, pouvaient jouer d’un instrument capable d’entraîner leurs élèves au chant. Leur épais cahier, réglé musique, consignant tous les chants scolaires qu’ils avaient étudiés au cours de leur séjour à l’E.N., était souvent leur seul bagage dans le domaine musical, et leur propre voix restait leur seul instrument…

(Les chroniques du Centenaire seulement seront poursuivies en juillet et août)

vendredi 22 juin 2018

L'école sous Vichy



Regard sur l’école sous Vichy
juin1940-septembre1945


Témoignage de satisfaction, 1941 (collection musée)



Le maréchal PETAIN et l’école

Revenons sur cette période sombre, 78 ans après l’appel du Général de Gaulle :

"Il faut que l'école s'emploie à former une jeunesse résolue, virile et bien préparée à l'accomplissement de son devoir militaire (..) Cadres scolaires et cadres militaires ont une mission commune : développer la valeur physique, tremper les cœurs, forger les volontés."
A lire ces pensées du Maréchal Pétain, on comprend mieux "l'œuvre scolaire" du Régime de Vichy. Il s'agit de vérifier l'âme de la jeunesse, de cette jeunesse qui porte en elle  toutes les promesses de l'avenir, de l'éclairer sur ses devoirs nouveaux et de lui donner la force de les bien remplir. Voici des titres officiels  de leçons auxquelles les programmes de 1941 font une place de choix : « La volonté de servir »,  « La communauté nationale », « Le loyalisme envers le Chef de l'Etat », « La famille, assise de l'édifice social », « L'appel du héros et du saint », « La civilisation chrétienne »...  

vendredi 15 juin 2018

2018 : dernière année de Commémoration du Centenaire de la Grande Guerre. Chronique N°2



2018 : dernière année de Commémoration
Du Centenaire de la Grande Guerre

« Quand tu seras soldat ! Période 1870-1914 »
(Deuxième partie)



Manuel de lecture, 1891 (collection musée)

Au cours de cette dernière année et après trois expositions labellisées, le musée de la Maison d’Ecole à Montceau se propose de revenir sur la chronologie des évènements qui ont amené le premier conflit mondial, à travers une série d’article qui paraîtront périodiquement jusqu’à décembre 2018. En voici le second : « La préparation des esprits ».


Une nouvelle tâche pour l’école : la préparation des esprits

Dès l’instauration de l’école de la Troisième République, cette dernière participe à la diffusion du message patriotique, on peut même dire, sans se tromper, qu’elle en est un des vecteurs principaux. On est entré dans une période de certitude absolue, les trois axes autour desquels l’école républicaine s’implante jusque dans les campagnes sont : la centralisation, le rationalisme et le patriotisme.


mercredi 6 juin 2018

Les méthodes de lecture



En marge des tableaux de lecture


Mes Premiers Coloriages, ouvrage de Mademoiselle Brès, Inspectrice des écoles maternelles, vers 1890 (gallica-BnF)

L’apprentissage précoce de la lecture : « Crime de lèse-enfance »

Après la fondation de l’école maternelle en France (1881), une Inspectrice générale, Pauline Kergomard, s’élevait contre le « dressage » des jeunes enfants : « Si tous les hommes possèdent cet appétit de connaître que satisfait pour une grande part la lecture et qui est si vif chez les enfants, encore faut-il devenir lecteur. » Elle met en garde sur le fait de décevoir les apprentis lecteurs. Jusqu’alors, en ignorant les possibilités intellectuelles et même physiques des enfants, on prétendait les mettre à l’étude dès l’âge de trois ans…  

mercredi 30 mai 2018

Leve België-Vive la Belgique



Des camping-caristes belges au musée





Belges en goguette

Une quarantaine de camping-caristes ont fait une halte de quelques jours dans le Bassin minier, le temps pour eux de visiter nos lieux emblématiques, notamment le musée de la Maison d’Ecole. Ils sont passés ensuite par le musée du Camion, le musée de la Mine et le Château de la Verrerie.


vendredi 25 mai 2018

2018 : dernière année de Commémoration du Centenaire de la Grande Guerre. Chronique N°1



« Quand tu seras soldat ! Période 1870-1914 »
(Première partie)


Enfant des bataillons scolaires et ancien combattant de la guerre de 1870, carte postale (collection musée)


Au cours de cette année 2018 et après trois expositions labellisées, le musée de la Maison d’Ecole à Montceau se propose de revenir sur le rôle de l’école durant la période 1870-1939, à travers une chronologie d’événements qui ont amené le premier conflit mondial, ainsi que le second. Cette série d’articles paraîtra périodiquement jusqu’en décembre 2018. Voici la première chronique : « Les plaies de la Guerre de 1870 ».

lundi 14 mai 2018

Les écoles polonaises



Histoire des écoles polonaises
Dans le Bassin minier
L’exemple des écoles spéciales de Saint-Vallier


Ecole de garçons des Gautherets, cours de polonais, 1953/1954 (collection musée)


Les écoles spéciales des Houillères à Montceau-les-Mines


Le protocole du 17 avril 1924 est clair et la question de l’enseignement du polonais aux enfants de migrant est scellée : le Ministère l’Instruction publique ayant un droit de regard sur l’enseignement libre, il pourra exercer une surveillance discrète sur cet enseignement dépendant officiellement des autorités polonaises en France. Bien qu’entrant ainsi dans la légalité, les écoles spéciales de la Société des Mines du bassin de Blanzy existaient cependant à Montceau-les Mines et dans sa périphérie depuis 1921.
La première compagnie minière de la région, créée par Jules Chagot en 1833, était florissante, les demandes importantes consécutives à la guerre de 1914-1918 avaient poussé les exploitants à augmenter leurs activités et la nouvelle Société des Mines eut un développement industriel, social et scolaire accru.


vendredi 4 mai 2018

Actualité du musée



Une semaine éclectique
pour le Musée de la Maison d’Ecole




Des visites cosmopolites

Le groupe Montceau-connecté, des étudiants tchèques, des jeunes allemandes… Tout compte fait, les guides ne s’ennuient pas au musée et ne croyez surtout pas qu’ils ne reçoivent que des ânes bâtés ! Reste tout de même à se perfectionner dans les langues européennes.

vendredi 27 avril 2018

Les écoles polonaises



Histoire des écoles polonaises 
au début du 20ème siècle
en France

Jeune mineur polonais, 1920 (Musée de l’Histoire de l’Immigration)


L’enseignement de leur langue d’origine pour les enfants de migrants s’effectue de nos jours dans un cadre officiel et réglementé. Ce ne fut pas toujours le cas et cette organisation bien rodée doit sans doute beaucoup à l’implantation de la colonie polonaise en France au début du XXème siècle. En effet, cette migration est un des premiers grand afflux de main-d’œuvre étrangère sur les bassins industriels ou houillers français. La Troisième République et son enseignement obligatoire, laïque et gratuit n’avait pas envisagé ce cas de figure et la question cruciale de l’instruction de tous ces enfants d’émigrés se posa rapidement. Il était au demeurant difficile, pour notre toute jeune Instruction Publique, de se soustraire à ces responsabilités. Les premières décennies du siècle virent donc la lente construction d’un système jusqu’alors à inventer.

mardi 17 avril 2018

Pièces et billets à usage scolaire



Les monnaies factices à caractère éducatif

La caisse écolière, 1935 (collection musée)


L’apprentissage de la monnaie à l’école


Par les décrets des 1er août 1793 et du 18 germinal An III, les nouvelles mesures du système métrique furent adoptées :

« Art. 5. Les nouvelles mesures seront distinguées dorénavant par le surnom de républicaines ; leur nomenclature est définitivement adoptée comme il suit : (..) I'unité des monnaies prendra le nom de franc, pour remplacer celui de livre usité jusqu'aujourd'hui »

Il fallut malheureusement attendre la rationalisation engagée par la Troisième République pour que soit  définitive la mise au pas des unités de mesure avec la loi du 20 juillet 1919.


samedi 7 avril 2018

La Petite Maîtresse d'école



L’école au centre du jeu
Le jeu de la petite maîtresse d’école



Malette jeu « La Petite Maîtresse d’Ecole, édition 1900 (collection « jeuxanciensdecollection »)


De tout temps l’enfant a, dans ses jeux, imité les préoccupations des adultes. Avant la guerre de 14-18, ce coffret, très complet, permet à l’enfant une identification avec le « maître d’école ». Que contenait ce coffret ? Quels clichés véhiculait-il ? Une brève analyse de ce jeu n’est pas dénuée d’intérêt.

vendredi 30 mars 2018

Echanges culturels


Echanges culturels
Des lycéens Slovènes au Musée


Des « grands enfants » un peu à l’étroit dans la salle 1917 du musée ! Mais qu’importe, l’ambiance était au rendez-vous pour la visite des 28 étudiants du lycée Poljane et de leurs deux professeurs venus de Ljubljana, capitale de la Slovénie.


Comme chaque année, et à la demande de Philippe Bédert, professeur au lycée H. Parriat de Montceau, nous avons reçu des lycéens dans le cadre d’un échange franco-Slovène. Ces jeunes, lors de leur séjour, sont logés dans les familles de leurs correspondants. Ils s’initient à la culture française et visitent de nombreux musées du département.

Nul doute que cet article ne manquera pas d’être lu en Slovénie grâce à notre blog dont ces écoliers d’un jour ont scrupuleusement noté l’adresse (à la plume sergent-major) au dos du bon-point qui leur fut distribué en récompense de leur application ! 


samedi 24 mars 2018

La Rédaction à l'école primaire de 1878 à 1988

Les conférences du Musée de la Maison d’Ecole

Dix ans déjà



« LA REDACTION »

Conférence de présentation à l’Auditorium de Montceau-les-Mines (2008)

Patrick PLUCHOT
Président du Musée de la Maison d’Ecole-écomusée Le Creusot/Montceau Musée de France


Le propos : (texte intégral de la conférence)

« Introduction : 

Nous arrivons aujourd’hui au terme d’un long travail de recherches, mené par les membres du musée de la Maison d’Ecole.
Un des sujets d’étude privilégié par le groupe de travail pédagogique du Musée est celui de l’histoire sociale et de la sociologie historique de l’éducation. Il tend à expliquer les fonctionnements qui lient l’histoire de l’école aux mécanismes de la reproduction sociale et à la formation des mentalités collectives. L’accent est mis sur la sociologie des élèves et des enseignants, ainsi que sur le discours éducatif analysé à partir des textes et directives officielles, des manuels et de la presse pédagogique. 

vendredi 16 mars 2018

La mobilisation à Montceau-les-Mines en 1914



La mobilisation à Montceau-les-Mines
La mort de Jaurès
Vue par un collégien montcellien
(26 juillet-4 août 1914)



Ecole Primaire Supérieure de Montceau en 1907 (source Canopé)


Ce témoignage, écrit au jour le jour, l’a été par un élève de l’Ecole Professionnelle Supérieure de Montceau-les-Mines. L’auteur, âgé de 15 ans à l’époque, a consigné dans un journal personnel, ses ressentis, les échos de la presse locale et les réactions de son entourage sur les événements tragiques de juillet/août 1914 :
« Scrupuleusement tenu à jour au moment de la mobilisation, il est un peu délaissé à la fin du mois d’août. Deux hypothèses peuvent être formulées : l’écolier a cessé son œuvre de chroniqueur au moment de la rentrée des classes ou, les contemporains s’installant dans la guerre, l’auteur n’a plus éprouvé le même zèle pour se faire l’écho d’événements envers lesquels l’intérêt de son entourage s’émoussait », (Léon Griveau, la Physiophile, n° 89)



vendredi 9 mars 2018

Les Hussards Noirs de la République



L'idée républicaine à l’école
Avant 1914

livre d’histoire, 1896 (collection musée)


La religion de la Patrie


« La religion de la Patrie n’a pas de dissidents ! »
Jules Ferry, discours de Nancy le 10 août 1881.

Et Paul Bert, Ministre de l’Instruction Publique de surenchérir : « Il faut une religion pour le peuple ! Il faut une foi commune pour le peuple sans quoi il ne serait qu’une agrégation d’hommes juxtaposés par des intérêts communs… C’est cette religion de la Patrie, c’est ce culte et cet amour à la fois ardent et raisonné dont nous voulons pénétrer le cœur et l’esprit de l’enfant, dont nous voulons l’imprégner jusqu’aux moelles ; c’est ce que fera l’enseignement civique. » L’école sera donc le vecteur du républicanisme et du nationalisme. L’instruction civique en sera l’axe principal et dès lors, les symboles de la République seront de retour et investiront l’école (1).



vendredi 2 mars 2018

Les bibliothèques scolaires



La naissance des bibliothèques scolaires




Bibliothèque du préau couvert (collection musée)

Une affaire d’Etat

Pendant le règne de Napoléon III, un arrêté ministériel du 1er juin 1862 organisa pour chaque école primaire publique une bibliothèque scolaire dont elle avait la propriété et qui était placée sous la surveillance de l’instituteur.


jeudi 22 février 2018

Le système métrique



Le système métrique :
L’uniformisation des unités de mesure



« Usage de six nouvelles unités de mesure et leur équivalence avec les mesures anciennes », estampe, vers 1800 (Bibliothèque Nationale)


Le système métrique

La constance du compendium métrique marque la volonté d’en finir avec les anciennes mesures qui, en fait, n’ont pas complètement disparu malgré les lois scolaires de Jules Ferry. Du décret du 2 août 1793 aux dernières lois de 1887, il y eut au moins 6 rappels des définitions des mesures légales par les gouvernements successifs. La loi du 11 juillet 1903 et le décret du 28 juillet 1903 ont défini légalement les unités du système métrique et les abréviations « obligatoires » dans l'enseignement public. Finalement, la loi du 2 avril 1919 fixe définitivement les unités de mesure de longueur, de masse et de temps, complétées le 20 juillet 1919 par les mesures secondaires.


lundi 12 février 2018

Visite à la Résidence des Tilleuls de saint-Vallier



 «  Il n’y a pas si longtemps… »

L’équipe du musée (le président, Jean Gaumet, Rémy Derain à la photographie), Christine Duverne et les résidents


Visite à la Résidence des Tilleuls 


«  J’étais un enfant de la campagne, je faisais 5 kilomètres à pied pour aller à l’école le matin et autant le soir pour revenir ! », « J’allais à l’école du Magny [près de Montceau], je descendais la Grande Rue et, comme j’étais la plus grande (j’avais 7 ans !), je récupérais tous les « petits » dans les maisons pour les emmener avec moi… ». Autant de témoignages et de souvenirs collectés vendredi 9 février lors de notre animation à la Résidence des Tilleuls à Saint-Vallier.



vendredi 2 février 2018

Historique de l'école publique à Montceau


Naissance et développement
de  l’école publique à Montceau
Période 1850-1902

Deuxième partie : l’école publique à Montceau

L’école publique de filles de la rue Carnot, Montceau-les-Mines, vers 1900 (Ecomusée)

Un contexte peu favorable

Montceau vivait de l’exploitation minière surtout. Et tandis que la population quintuplait de 1856 à 1877, le nombre des élèves aux écoles des houillères augmentait de 8 à 9 fois. C’est ainsi que les effectifs des 12 établissements scolaires de la mine étaient de 2 600 enfants. Il n’en va cependant pas de même pour l’école publique :

« A Montceau même, malgré l’accroissement extraordinairement rapide de la population, qui, de 1300 habitants en 1856 est passée à 11011 habitants en 1878, l’école communale, créée en 1864 seulement, garde des proportions très modestes. En 1874, pour une population de 8287 habitants, les écoles publiques scolarisent 157 enfants seulement. La même année, le Conseil Municipal, que préside Léonce Chagot, approuve enfin le projet de construction d’une Mairie-école dans laquelle pourront être aménagées trois classes, pour « les enfants de parents qui ne travaillent pas à la mine ». Ces trois classes dont la construction est envisagée doivent être rapportées aux six écoles que les mines ont fait construire sur le territoire de la commune. Cette restriction des effectifs de l’école publique par la limitation de la capacité des locaux est une politique constante de la municipalité à la tête de laquelle se trouve le cogérant de la Compagnie des Mines. » La politique scolaire d’une entreprise industrielle au XIXème siècle : Les écoles des mines de Blanzy de 1833 à 1904, Jacques VACHER

dimanche 28 janvier 2018

Génération Polonaise en visite


Une chorale en visite au Musée

Chorale "Génération Polonaise"


Génération Polonaise

Vendredi 26 janvier, la Chorale Génération Polonaise (33 choristes) de la région de  Firminy qui devait se produire l'après-midi à la chapelle de la Cité des Gautherets, a tenu à passer par le Musée d'Ecole de Montceau avant le déjeuner.


vendredi 19 janvier 2018

Historique des écoles de la Mine à Montceau


Naissance et développement
de  l’école publique à Montceau
Période 1850-1902

Première partie : les écoles de la Mine

Lithogravure de Bonhommé, Montceau-les-Mines en 1857 (Ecomusée)

Avant-propos

A travers Hippolyte Carnot, membre du gouvernement provisoire de la IIème République (ministre de l’Instruction Publique en 1848), jaillissent les idées saint-simoniennes éclatantes en faveur de l’école, renouant ainsi avec les idéaux de 1789. Ses discours rompent totalement avec ceux de  ses prédécesseurs et marqueront pour longtemps l’esprit des instituteurs :

 « Que nos 36 000 instituteurs primaires se lèvent donc à mon appel pour se faire immédiatement les réparateurs de l’Instruction Publique devant la population des campagnes... Des hommes nouveaux voilà ce que réclame la France... qu’une ambition généreuse s’allume en eux; qu’ils oublient l’obscurité de leur condition; elle était des plus humbles sous la monarchie, elle devient sous la République, des plus honorables et des plus respectées. » Circulaire aux instituteurs du 6 mars 1848.


mercredi 3 janvier 2018

Voeux 2018


Pour une bonne année 2018

Riche, solidaire et laïque


Cliquer pour agrandir

Lettre de Jules FERRY aux instituteurs
17 novembre 1883

« Monsieur l’Instituteur,


L’année scolaire qui vient de s’ouvrir sera la seconde année d’application de la loi du 28 mars 1882. Je ne veux pas la laisser commencer sans vous adresser personnellement quelques recommandations qui sans doute ne vous paraîtront pas superflues, après la première expérience que vous venez de faire du régime nouveau.