mardi 13 décembre 2016

"Il est l'heure !"



« Petite histoire d’un écolier d’autrefois  expliquée aux enfants d’aujourd’hui »

L'histoire de Jules


CHAPITRE I
 « Il est l’heure ! »

Chacun se souvient de son école. Des souvenirs plus ou moins anciens… Mais comment raconter l’histoire d’un écolier d’autrefois et de son cheminement dans les premières années de sa vie scolaire aux enfants du XXIème siècle ? Penchons-nous un moment, sans trop de nostalgie, sur ce que fut son environnement, sa vie à l’école, son ressenti quelquefois, ses tâches assurément. C’est ce que le Musée de la Maison d’Ecole à Montceau-les-Mines avait tenté de faire il y a quelques années en tournant un film en partenariat avec le Ciné Caméra Club local : « De Jules à Julien » (1) (à voir aussi dans la prochaine rubrique « Vidéos »).  Voici, en quelques chapitres à suivre, ce qu’aurait pu être l’histoire de Jules, écolier d’antan, expliquée à nos jeunes visiteurs, écoliers d’aujourd’hui.





"Maman est déjà passée me réveiller. Je garde encore la pression de sa main sur l'édredon. "Lève-toi (..), tu vas être en retard!" La journée n'est pas encore commencée et je dois déjà me dépêcher... Sur la chaise, adossée au lit, trônent les vêtements de la journée. La chemise empesée, le vilain chandail de grosse laine et la culotte courte de drap bleu. Seuls les grands portent des pantalons... Les galoches doivent être dans la cuisine, soigneusement cirées par maman. J'entends la voix de papa qui s'apprête à partir au travail. Assis sur le bord du lit, j'essaie de réunir les pièces du puzzle de ma journée : à 8 heures, morale, puis lecture et histoire; à 10 heures, écriture et leçon de choses... Bon sang, il ne faut pas que j'oublie de ramener une noix pour la classe..." (in "Vive la récré", F.Bertin et P.Courault)

Voilà le décor planté… On notera la modestie de la tenue que Jules allait revêtir pour aller à l’école. Le costume des écolières et des écoliers était très variable dans les temps plus anciens, bien avant que la mode et les « marques » n’instrumentalisent tout le monde scolaire. Il variait souvent selon les origines : enfants des villes ou enfants des campagnes, ou selon l’appartenance sociale. Certains avaient leurs habits "de tous les jours", d'autres avaient leur tenue d'école qu'il fallait poser à chaque retour de classe, afin de ne pas trop la salir jusqu'à la prochaine lessive (les moyens ne permettaient pas le changement journalier rendu possible avec l'arrivée de la machine à laver le linge et la profusion  d'habits!). Une jupe de drap, une simple culotte et un chandail bien chaud, un capuchon en cas d’intempéries, étaient souvent le lot de la plupart. Le milieu rural se caractérisait par le port de sabots, de claques ou de galoches à semelles de bois. Les citadins, parfois issus d'un milieu plus aisé, possédaient des bottines, des souliers ou des chaussures montantes en cuir.

Malgré toutes ces différences, les écolières et les écoliers portaient cependant tous une longue blouse ou un sarrau qui participait à une uniformisation de façade et gommait les inégalités. Souvent, ces blouses, étaient de couleur noire, ce qui cachait les taches et les salissures diverses. Quelques détails changeaient : liserés de couleur, boutons personnalisés, coupe plus ou moins raffinée. Les tenues plus colorées firent leur apparition entre les deux guerres… d'abord chez les filles.

P.P



A suivre…

Costume de petite fille à l'époque de Jules


(1) : « DE JULES A JULIEN » :
C’est un film sur DVD en vente au musée,  produit par le Ciné Caméra Club de Montceau-les-Mines en partenariat avec le Musée de la Maison d’Ecole, l’école Marie Curie des Gautherets de Saint-Vallier, la municipalité de Saint-Vallier et l’Office Central à la Coopération à l’Ecole (OCCE71) : « 10 octobre 1900, la journée de classe commence. Jules rêve, comme à son habitude, et imagine ce que sera l’école dans un siècle pour son arrière-arrière-petit-fils Julien. Quelle surprise pour son maître et ses copains de classe… »
Plusieurs jours de tournage ont  été nécessaires,  au musée pour l’école d’autrefois, et à l’école Marie Curie pour l’école de l’an 2000. Quarante élèves de CM1 et CM2 ont travaillé leur texte, pris des leçons de théâtre, pour enfin endosser le sarrau noir et nous faire revivre une époque révolue. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire